Isabelle Alt

Isabelle Alt est née en Allemagne en 1957. Elle réside actuellement en Alsace.
Médecin spécialisé en Santé au Travail, elle est aussi photographe autodidacte.
Son travail photographique questionne l’homme dans ses rapports à l’espace, au temps et à l’Autre.

 


Yvon Buchmann

La photographie d'Yvon Buchmann est surprenante. Et il convainc.
Le souffle est large et éclectique, et la démarche produit un document qui obéit à la composition,
que nous trouvons proches de la perfection.

Philippe Litzer

Pour moi, l’acte photographique n’est pas dissociable de l’acte surréaliste.
En effet je recherche toujours, comme les premiers partisans de cette mouvance, cette intuition ou ce petit coup de pouce du destin… qui fait la différence.
Une photo réussie, à mon goût, est une image qui résulte d’une rencontre inattendue, ou du moins d’une rencontre originale.


Bruno Mercier

a lumière, le mouvement et les ambiances puissantes qui laissent libre cours à l'imaginaire sont les thèmes dominants de mes photos.
J'aime par-dessus tout composer mes images en jouant avec les rythmes et les lignes qui s'offrent à mon regard…

… Un jeu d'ombres et de lumière, lorsque, justement, la lumière brille au cœur des ténèbres…


Gilbert de Murcia


Alain Tigoulet

La photographie a toujours fait partie de ma vie et je n'imagine même pas qu'elle puisse en être absente.
Enfant, je voyais que l'intérêt suscité par une photo donnait lieu à des débats passionnés au sein de la cellule familiale.
Cet engouement pour le partage est toujours présent.

Jean Valera

Photographe autodidacte, mon histoire avec la photo commence à 18 ans avec l’achat d’un appareil photo argentique.
Il s’ensuivit une longue période de photos vernaculaires. A mes cinquante ans, j’ai eu envie de consacrer plus de temps à la photographie et c’est devenu pour moi un moyen d’expression.
Mes séries sont le reflet du regard que je porte à des histoires, des lieux.
Pour les réaliser, j’amorce mes projets par la mise en place d’un protocole qui évolue au fil du temps, des lectures, des rencontres et des discussions.


Pierre Zeler

Dès l’âge de deux ans, j’ai commencé à dessiner toutes sortes de choses.
A cinquante ans, j’avais déjà beaucoup photographié, mais rien de ce que j’ai fait avant ma cinquante-cinquième année ne mérite vraiment qu’on en parle.
C’est à soixante ans que j’ai commencé à comprendre la véritable forme de la nature,
des arbres et des rivières et la nature des formes, des carrés et des ronds.



Top